ENTENTE SPORTIVE MAINTENON PIERRES : site officiel du club de foot de PIERRES - footeo

14 mai 2020 à 14:53

Kevin GROULT

Kevin GROULT

habite à Nonancourt

29 ans

 

 

Quel est ton parcours dans le club ?  

« Je rejoins Maintenon la saison prochaine. J’ai fait toutes mes classes jeunes au FC Drouais, de poussins à U18 DH. C’était l’époque où leurs équipes seniors étaient vraiment bien au niveau régional, en CFA2 et DH, et l’équipe 3 en D2 ou D3. En passant senior, je voulais au minimum jouer en DH. C’est Thibaut Hébert qui m’a fait venir à Maintenon. Et je n’ai eu que lui, à Maintenon.  Il était coach avec les U18, on s’était rencontré sur des matchs, et quand il a su que je n’étais pas chaud pour rester à Dreux et jouer en équipe , Il m’a appelé ; il m’a dit : ‘je ne te mens pas, je ne te promets rien, je ne te dis pas que tu feras tous les matchs, que tu seras titulaire, mais ce que je te promets, c’est que tu seras dans le groupe des 20’. C’était Cédric Prieur, son adjoint. Moi, je suis un très très grand compétiteur, et quand il m’a dit ça, je savais que j’allais tout faire pour gagner ma place. La saison s’est très bien passée pour moi :  il y a eu un blessé dans l’axe, j’ai pris sa place, et quand il est revenu, le latéral droit s’est blessé, et c’est ma place d’origine, et je l’ai donc remplacé. La première saison, je suis le joueur qui a le plus joué, 38 matchs en tant que titulaire. Thibaut, en fin de saison nous donnait toutes les stats. Et c’était moi et Cédric Maunoury, le gardien, qui avions eu le plus de temps de jeu. Donc grosse 1ère saison. Club familial. Club que j’ai beaucoup beaucoup apprécié en tant que joueur. J’ai été éducateur, en U15, avec Jérôme Isambert, pendant 1 an ou 2, génération où il y avait par exemple Sébastien Perrone, Antoine Bodin, qui ont d’ailleurs joué contre nous quand je suis venu avec Tremblay cette année, il y avait Sidy, Gaëtan Mija, le fils à Isabelle, Bastien Fabry qui a fait la touche, ce jour-là.  J’ai appris qu’il s’était blessé, cela m’a fait mal au cœur car je sais que c‘est compliqué, mais il est jeune, ça va. Si je re-signe aujourd’hui à Maintenon, c’est pour cela et parce que c’est le club où j’ai fait ma plus grosse saison en tant que joueur.  C’est Benjamin Chertier qui a pris contact avec moi pour me proposer ce poste d’entraîneur de l’équipe C, car Thomas Fabry voulait repartir avec les U15 avec Jérémy Tabut. Il cherchait quelqu’un qu’il connaissait bien, qui avait l’identité du club. Cela m’a un peu chamboulé, j’étais le coach de la réserve de Tremblay, on finit 2ème et on monte en 3ème div, et si j’avais signé à Tremblay, c’est parce que c’était que des potes à moi, donc c’était un peu compliqué pour savoir si j’allais rejoindre Maintenon ou pas …Au final, c’est aussi un projet à plus long terme, je vois le projet qu’il y a . Quand je suis parti, ce n’était pas du tout ces infrastructures là, pas du tout encadré comme cela. Je suis parti de Maintenon en 2015, en même temps que Thibaut. Je n’ai pas fait la saison de la coupe de France, je devais déménager dans le 27, plus loin qu’où je suis ; j’ai signé à Dreux puis à Serquigny , j’ai fait 3 clubs dans la même année, et l’année suivante, je suis retourné à Maintenon. Donc je suis revenu l’année d’après l’épopée de la coupe de France. Et après, on est tous partis en même temps avec Thibaut, lui partait à Lucé, moi je n’étais pas si mal que cela à Maintenon mais il m’a appelé et je l’ai suivi. Après, je suis retourné à Dreux ACSD, un an, et je me suis fait les croisés…en 2017. Depuis, je n’ai pas remis les crampons comme joueur. Je devais me faire opérer, avant le confinement. Tout a été reporté. Je devrais donc prochainement me faire opérer. Pas cette saison mais la prochaine, je devrais être disponible en tant que joueur. Cette saison, je vais me consacrer au coaching, avec l’équipe 3, et après, rechausser les crampons, prendre un peu de plaisir, car cela  me manque énormément. Je suis quelqu’un de très transparent, comme avec mon groupe à Tremblay, très ouvert à la discussion, très franc, très sincère. Ce qui fait la différence dans un groupe, c’est le plus important.  Mon opération a été due à un souci au travail, un faux mouvement. Au foot, je n’avais jamais rien eu de trop important.»

 

Quelles ont été tes plus grosses émotions ?

Joie : « Avec Maintenon, je ne me souviens plus quelle saison, on était au coude à coude avec le FC Chartres, toute la saison. A chaque match, on faisait le taf, et on attendait que Chartres chute… grosse émotion à chaque match. Et des matchs à l’arrache, par exemple à Ingré, on ne fait pas un bon match, beaucoup de chose sont contre nous, et au final, on arrive à gagner le match 1-0 ou 2-1, sur un coup franc de Romain Etchebarne, à la dernière minute. Ce sont des émotions comme cela qui font que le foot est magnifique.  C’était avec Thibaut. En senior, je n’ai eu que lui, à part Ryan au FC Drouais et Rachid à ACSD. »

Déception : « Sur cette même saison, on prend un pénalty contre le FC Chartres, et on perd sur le pénalty, alors que c’était en dehors de la surface. Et le mec frappe sur le poteau, mais la balle lui  revient dans les pieds et là il la met au fond. On faisait la saison qu’il fallait, et à la fin de la saison, on ne monte pas ; on avait fait une très grosse saison. En coupe de France, je n’étais que suiveur, avec tous mes potes sur le terrain, Lilian qui se fait expulser très rapidement… J’étais triste pour les copains, par rapport à tout ce qu’ils avaient fait pour en arriver là. »

 

Quel est ton rôle aujourd’hui (joueur – poste, dirigeant, …)?

« Je vais être entraîneur de l’équipe 3. Je vais faire le maximum par rapport à l’objectif que l’on a vu avec Guillaume, qui est de monter; je vais tout faire pour que cet objectif soit rempli. Avec les coachs, on est en train de faire le point sur l’effectif. Je vais être en contact d’ici peu de temps avec les joueurs, j’attends d’avoir la liste complète, pour me présenter à eux, pour qu’ils sachent où on va aller, dans quelle direction le bateau va aller. On sera tous dans le même bateau pour accomplir cet objectif. En tant que joueur, j’ai joué arrière central et latéral droit. Et … attaquant … coup de folie de Thibaut pour ‘piquer’ nos attaquants, quand il n’était pas content de leur rendement ; je suis quelqu’un qui ne va rien lâcher du début à la fin. Au FC Drouais, j’avais comme surnom, pittbull… C’était donc pour les faire débuter sur le banc, et au cours de la première mi-temps, il les faisait rentrer, pour leur faire comprendre qu’il n’était pas content de ce qu’ils faisaient. C’était des piqûres qui marchaient hyper bien; je me rappelle d’un match où il me fait débuter devant, à la mi-temps il fait le changement et fait rentrer Benjamin Corvée, qui marque et on gagne 2-0, Thibaut Dreux Besnard marque l’autre but de la tête, je crois. Cela avait bien embêté Benjamin, mais après, il avait fait une très très bonne rentrée. C’était une technique de Thibaut Hebert qu’il utilisait parfois. Au FC Drouais, j’ai aussi fait 2 saisons comme milieu défensif. Et c’est Thibaut qui m’avait fait débuter dans l’axe. Donc principalement des postes à vocation défensive. Je devais me faire opérer, le 8 avril, avec une reprise prévue au mois de Septembre. Quand je me ferai opérer, j’essayerai de revenir au plus vite. Dans la vie de tous les jours, cela ne me pose pas de problème, mais suivant les mouvements, cela fait que je n’ai rien qui tient le genou, c’est comme une grosse entorse. Cette saison, cela m’est arrivé de m’entraîner avec Tremblay, car j’aime être sur le terrain, car j’aime prendre du plaisir. Quand on est passionné c’est dur de ne faire que simplement regarder. »

 

Dans quel système de jeu préfères-tu jouer ?

« En tant que joueur, ce que j’aimais bien, c’est le 4-2-3-1; je pense que c’est le schéma qui est le plus équilibré, avec 2 milieux défensifs devant la défense, avec un qui joue un peu plus haut, et l’autre qui fait le tampon, vraiment en sentinelle; cela me permettait, comme latéral droit, de monter plus haut, car il y avait celui qui faisait le tampon qui pouvait compenser, et créer des automatisme avec ceux qui étaient devant nous. Moi, j’ai eu Ludwig Lahaye surtout, un peu  Hubert Regnier. J’ai vu qu’il y avait eu le ’11 des légendes ‘, à Maintenon, et j’avais commenté, par rapport à Jéjé ; et Jéjé et Micka, sur le coté gauche, c’était une paire qui était folle. En tant qu’entraîneur, je n ‘ai pas vraiment de schéma préféré. Si j’ai plus d’attaquants, je jouerai surement avec 2 attaquants. Mais j’aurai surement une préférence en 4-2-3-1, bien équilibré, avec beaucoup de monde au milieu, avec ton 10 qui peut épauler l’attaquant»

 

Pourquoi fais-tu du foot ?

« Pour moi, le foot, il n’y a rien d’autre qui peut nous donner autant d’émotion. Quand on regarde la France championne du monde en 2018, quand on regarde ce qui se passe dans les rues, avec beaucoup de personnes qui ne regardent pas du tout le foot et qui se mettent à suivre l’équipe de France. Ce que je trouve malheureux, c’est qu’on peut regarder les autres sports, que ce soit le basket, le hand où on a une équipe de France qui a été très très bonne pendant très longtemps, il n’y a pas cette ferveur-là. Certes, il y a des gens qui suivent  mais ce n’est pas à ce niveau-là. Je pense qu’il n’y a que dans le foot qu’on peut voir des choses comme cela.  L’émotion, qu’elle soit bonne ou mauvaise, c’est pour cela que j’aime le foot, et que je suis passionné depuis autant d’années. Quand j’ai commencé, je suis né à Dreux, on était aux quartiers, il y avait des ballons, on jouait, et de fil en aiguille j’allais au centre aéré, on faisait des petits tournoi ; après, on m’a dit que je n’étais pas mauvais, donc je suis parti au FC Drouais. J’ai failli intégrer le centre de formation du Racing Club de Lens. Leur recruteur était venu sur plusieurs matchs voir des joueurs, il avait été plutôt intéressé par mon profil, il m’avait proposé un contrat aspirant-pro, en U15. Après, normalement, on passait en 18 ans.  Malheureusement, ma mère n’a pas souhaité se séparer de moi, parce que j’étais vraiment très jeune, elle a eu un peu peur de mon départ, elle m’a dit que ce n’était pas possible … C’est pour cela que je suis resté au FC Drouais jusqu’à 18 ans. J’ai fait aussi des essais au FC Metz, qui n’ont pas abouti pour diverses petites choses. Mes parents, c’est pareil : au départ, ils me déposaient juste aux entraînements, ne descendaient pas de la voiture,  et même quand cette saison j’étais coach à Tremblay, ma mère m’a acheté des plaids pour les remplaçants, elle faisait des crêpes, elle venait voir des matchs. Et à Dreux, à un certain moment, ils venaient voir dans les douches si on avait notre gel-douche. C’était des dirigeants qui étaient présents aux entraînements, pour voir les présences aux entraînements. Je pense qu’il n’y a vraiment que le football qui peut procurer des choses comme cela. »

 

Quelle est ton équipe de foot préférée ?  

 « L’Olympique de Marseille, cela a toujours été et cela le sera toujours. Je n’avais que 3 ans, en 93 … C’est un club pour lequel ce que je trouve beau, c’est que des joueurs jouent pour l’amour du maillot, du club, pas que pour l’argent, surtout à cette époque actuelle du foot business.… Une des rares équipes encore comme cela. Je suis parti en vacances à Marseille, l’été dernier, et c’est vraiment la ville qui vit pour le club, c’est vraiment affolant.  Ce stade, c’est magique. J’ai fait quelques stades, le Parc, des Princes, le Stade de France, mais nulle part ailleurs, en France, il n’y a ce qui se passe au Vélodrome. Et mon joueur préféré, c’est Gattuso, un joueur à l’ancienne, quelqu’un qui ne lâchait rien du tout. Je pense qu’avec un joueur comme lui, tu peux partir à la guerre tranquille, tu n’as pas à avoir peur. Et aussi Steven Gerrard, plus technique, plus porté sur l’avant. »

 

Y-a-t’il d’autres membres de ta famille au sein du club ?  

« Non. Mais mon père va peut-être venir en tant que dirigeant. Cela lui fait plaisir que je retourne à Maintenon. Mes parents m’ont toujours suivi, à Dreux, à Maintenon, à Lucé… Cette année, ils sont venus voir 2 ou 3 match, à Tremblay, des jours où il faisait froid, et après, ma mère leur a acheté des couvertures, fait des crêpes. »

 

L’année dernière, les équipe A et B seniors sont montées de division, pour être cette année en Régionale 3 et en 2ème Division départementale. Tu en as pensé quoi ?

« Je n’ai pas vraiment suivi, j’en avais entendu parler. J’avais pris un peu de recul par rapport au foot, suite à ma rupture des ligaments croisés qui m’avait flingué le moral. J’étais très content pour eux car c’était un club que j’appréciais vraiment beaucoup. J’avais su qu’ils étaient descendus quand Thibaut était parti, le club avait pris une claque, ce qui m’embêtait beaucoup. Le bloc que faisait Pascal Tabut avec sa femme Laurence, Isabelle la mère de Gaëtan Mija, qui commençait à rentrer dans le club en tant qu’accompagnatrice,  et qui faisaient un super boulot.  Autre grosse claque que j’ai pris, c’est l’année dernière, quand je suis venu avec Tremblay, au niveau des infrastructures, que les personnes sont toujours les mêmes, que le club a grandi, ça me fait chaud au cœur ; j’ai eu du mal à partir, Thomas l’entraîneur de la C pourra le confirmer, cela me rappelait des souvenirs de quand j’étais là, des bonnes années que j’avais passées là ; et le plus bizarre, c’est quand je suis rentré dans le vestiaire … visiteur .J’étais donc vraiment content quand j’ai vu ces évolutions. Je n’y étais jamais revenu, je n’avais jamais rejoué contre Maintenon.  Ni à Lucé, ni à Dreux en Régional, ni dans le 27, ni à Dreux ACSD où je me suis fait les croisés donc où je n’ai pas beaucoup joué. »

 

Il y a eu la coupe du monde féminine, l’année dernière, en France. Tu as regardé quelques matchs ?

« J’ai survolé un petit peu. Je pense que c’est bien que le foot féminin se développe. Je trouve que ce n’est pas encore assez diffusé. Je pense qu’il y a encore pas mal de jeunes filles qui aimeraient et qui devraient s’inscrire et s’intéresser au foot, car comme je l’ai dit, cela procure des émotions magnifiques. Je pense que si l’équipe de France avait été un petit peu plus loin, il y aurait plus de licenciées. J’ai donc été un petit peu déçu de leur parcours. J’ai un fils d’un peu plus d’un an et une fille qui va avoir trois ans. Je fais tout pour qu’elle s’intéresse au foot. Cela me ferait hyper plaisir qu’elle fasse du foot, j’en serai très très fier, mais elle fera ce qu’elle voudra. Ils ont déjà tous les 2 l’ensemble de Marseille. Ils baignent dedans, j’espère que les gênes seront là et que ce sera transmis bien comme il faut....»

 

Tu connais le site Footeo et la page FB, le compte Instagram du club ?

« Celui du club, pas vraiment. Je connais le site Footeo en général. J’ai vu tes interviews, l’annonce de Guillaume pour mon arrivée pour prendre l’équipe 3. Je suis via FB. Le compte Instagram, je viens de m’y abonner, depuis peu. On est une génération très connectée et pour communiqué, c’est pas mal. »

 

Quel(le) est ton chanteur / ta chanteuse / ton groupe préféré(e) ? 

« Comme chanteur, on va rester dans Marseille, donc le rappeur marseillais Soprano. Je trouve que sur certaines chansons, il y a des paroles assez touchantes. Inaya, une chanson pour sa fille. Je suis passé par un parcours assez compliqué pour avoir ma fille, et c’est une chanson que j’apprécie plus particulièrement. »

 

Quelle est ta voiture préférée ?

« Je ne suis pas très voiture. Ce n’est pas ce qui me botte le plus… Le Porsche Macan. »

 

Quel est ton lieu de vacances préféré ?

« Je n’ai pas vraiment beaucoup voyagé, je suis beaucoup resté en France. Je suis parti en Algérie, pays qui m’a énormément plu, pays d’origine de ma femme. Mais clairement, ce qui m’a le plus botté, où on a choisi de repartir cette année, c’est Marseille… » 

 

Que penses-tu des changements dans le club de football de Maintenon ?

« Comme je le disais avant, j’ai été très très surpris de l’évolution du club. Et encore, surpris oui et non, parce que quand je suis parti, il y avait des personnes qui géraient le club, qui étaient passionnées, donc on savait que le club ne pouvait pas couler, que le club allait grandir à un moment donné. Elles le méritent. Ce club, c’est une famille, et c’est ce qui m’a donné envie de revenir à Maintenon. Je suis très content que le club arrive à grandir comme cela, avec ces infrastructures, que l’équipe première soit en Régional. C’est ce qu’il mérite, par rapport aux gens qui le dirigent, par rapport aux gens qui font le taf ; je pense à Benjamin, quand j’étais éducateur, Benjamin venait avec moi faire la touche; Guillaume, je ne le connais pas du tout, on ne s’est pas vu, on s’est juste parlé par téléphone, mais il a l’air d’être quelqu’un qui fait énormément pour le club. J’ai une pensée aussi pour Maurice, c’est la première personne dont j’ai demandé des nouvelles quand je suis venu jouer avec Tremblay, c’est une personne qui a le cœur sur la main, c’était de bonnes rigolades avec ce monsieur-là. Quand j’ai appris qu’il était à l’hôpital, j’ai tout de suite paniqué, mais on m’a rassuré, et je suis pressé de le revoir. Je pense que c’est l’emblème du club. Je n’ai pas connu le président actuel . A mon époque, c’était le père d’Antoine, Marc Phelouzat. Maurice, c’était la personne qu’on aimait embêter, avec qui on aimait rigoler. Quand j’ai dit à ma mère que je repartais à Maintenon, elle m’a demandé si j’avais vu Maurice, et quand je lui ai dit qu’il était hospitalisé, elle a souhaité que ce ne fut pas grave…. Je tiens à te remercier pour ce premier contact. Et pour ces interviews que tu fais, cela fait aussi vivre le club. C’est plaisant pour tout le monde. »

 

FM  2020-04

Commentaires