ENTENTE SPORTIVE MAINTENON PIERRES : site officiel du club de foot de PIERRES - footeo

21 août 2020 à 09:33

Jean Pierre LOMINE

Jean Pierre LOMINE

habite à St Piat

60 ans

 

 

Quel est ton parcours dans le foot ?  

« J’ai commencé à jouer, à 6 ans, comme beaucoup, dans les Yvelines, à l’AS Bois d’Arcy jusqu’en juniors. Après, je suis parti au Racing Club de Versailles qui s’appelle maintenant FC Versailles et vient de monter en N2. J’y ai joué en junior. J’ai eu une grave blessure, au genou, et j’ai été obligé d’arrêter. On m’a proposé d’entraîner, les équipes 3 et 4, en pupilles et minimes puis minimes-cadets DH. Après, je me suis marié, une première fois… trop d’entrainement et de réunion à Versailles… Donc j’ai changé, et j’ai pris l’équipe première de Bois d’Arcy, pendant 13 ans, où j’habitais, je suis devenu vice-président pendant 2 ans et simultanément j’ai intégré le district des Yvelines. J’ai arrêté d’être entraîneur, j’en avais marre, je n’avais plus d’idée pour les entraînements. J’ai laissé la place à mon adjoint. J’ai fait 15 ans de commission de disciplines au district. Divorce, re-marriage… ma femme avait une maison à St Piat, et j’en ai profité pour intégrer le district d’Eure et Loir. En intégrant le district des Yvelines, on m’avait demandé d’être délégué, je ne savais pas ce en quoi cela consistait, ils en avaient besoin Et depuis, j’y suis. Le  délégué, c’est le représentant de l’institution, pour moi, maintenant, la Ligue de Football Professionnel. Je dois m’assurer de la bonne application du règlement, de la bonne organisation des rencontres, et évidemment, je dois faire après chaque match, un rapport à la LFP pour dire comment cela s’est passé. J’ai donc fait toute la carrière de délégué, de district, puis je suis passé en ligue, puis à la fédération, puis, par concours, à la ligue. J’y suis depuis 8 ans, dont 4 ans comme délégué principal. Pour cela, je me déplace sur toute la France, même en Corse. Il n’y a que Rodez où je ne suis pas allé. Pour le championnat, la coupe de France (mais simplement si il y a un des 2 clubs qui est en Ligue 1 ou 2, à partir du 8ème tour et avec un assistant FFF) et la Coupe de la Ligue (qui s'est arrêtée cette saison). Mais pas en coupe d’Europe, où ce sont des délégués UEFA. J’ai des collègues, à la LFP qui y sont, mais qui sont plus jeunes, qui parlent très bien anglais car tout se fait en anglais, et pour moi, c’était trop tard … Mais j’ai tout de même fait un France-Albanie, au stade de France, en qualification au championnat d’Europe ; mais pour l’équipe de France, ce sont des délégués FFF, donc je pouvais (mais plus maintenant, car je suis délégué LFP). Au niveau du planning, pour un match le samedi, je pars la veille et je rentre le lendemain, puis je re-visionne le match, sur une plateforme dédiée, pour voir si on n’est pas passé à côté de quelque chose. Il y a un rapport à faire, si tout se passe bien, et un second si il y a des incidents. Donc, on est pris du vendredi au dimanche soir. Sur cette plateforme, on a des images différentes de celles vues par les spectateurs. On en a beaucoup plus. On voit depuis l’arrivée des équipes jusqu’à leur départ, et les zones mixtes, les conférences de presse… Cela dure au moins 3 h. Mais cela ne concerne que l’organisation, pas ce qui se passe sur le terrain, où c’est de la responsabilité de l’arbitre. Donc ce qui peut se passer dans les tribunes, c’est de notre ressort. Avant le match, on a une réunion sécurité  4h avant, avec le responsable sécurité, une réunion avec la presse 2 h avant le match, et on a des visites au PC Sécurité. C’est là qu’il y a tous les écrans avec des loupes, pour zoomer si besoin sur n’importe où dans le stade, toutes les tribunes, les couloirs …. Donc on aurait pu voir ce qui c’était passé dans le couloir, à Marseille, en 2000 contre Gallardo, et on a pu voir l’agression de Brandao sur Tiago Motta, en 2014 … Et on demande au PC Sécurité de faire des tests pour qu’on atteste qu’avant le match tout fonctionnait bien. S’il y a des incidents, on repart avec une copie que l’on fournira à la LFP, pour visionnage.  Je ne sais pas du tout si dans les autres pays, le rôle du délégué est le même. En France, c’est le délégué le ‘patron’ du match. C’est lui qui gère la sortie des arbitres, les joueurs des vestiaires, du démarrage du match. Il peut demander à l’arbitre d’interrompre un match pour des incidents dans les tribunes. Nous sommes assermentés. Avant chaque nouvelle saison, nous faisons des séminaires pour revoir différentes choses et connaitre les modifications à appliquer. Comme les arbitres, nous sommes contrôlés, dans l’année, 3 à 4 fois. En moyenne, nous faisons 35 matchs, et je suis même monté à 40. Nous gérons toute l’intendance des déplacements. J’ai arrêté de travailler quand je suis devenu délégué principal. Nous sommes 28 délégués principaux et 29 délégués assistants. Le délégué principal est dans les tribunes alors que le délégué  assistant est sur le terrain, il gère la feuille de match, joueurs, remplaçants, buteurs, sur son ordinateur, toute la partie administrative. Le délégué principal s’occupe des réunions, contacts avec les présidents, les coachs, la communication, les conférences de presse. On peut être 3, pour les ‘gros’ matchs, qui peuvent être chauds ; par exemple, l’année dernière, j’ai fait un Lyon/St Etienne, Valenciennes/Lens, nous étions 3. A Paris, nous ne sommes plus que 2, il ne s’y passe plus rien … Le binome principal-assistant est aléatoire.  Je suis placé au niveau du centre du terrain, en tribune présidentielle. On a même une télé, pour mieux voir, comme à Nice, à Sochaux. On a ½ heure, après le match, pour valider le score et les buteurs, pour tout ce qui concerne les paris sportifs… Cela fait aussi partie de notre fonction. On ne s’occupe pas du tout de la VAR, mais juste de la Goal Line Technology, en la validant avant le match, avec les arbitres, pour voir si cela fonctionne bien.  Je suis venu à Maintenon, pour plusieurs raisons, j’habite à coté, St Piat. J’ai trouvé que le site internet était très bien tenu, il est sympa, les résultats, les matchs à venir, pas mal d’info… Bien sûr, il y a eu d’autres critères qui m’ont fait venir comme les installations, le niveau du club. Et les reportages, comme les interviews, très bien ; dans tous les clubs que j’ai pu faire, cela n’existe pas. J’ai été aussi pendant 2-3 ans, recruteurs pour Auxerre, quand ils ont été champions de France et vainqueurs de la coupe de France, en 96, quand j’étais entraîneur à Versailles. Avec Guy Roux, Daniel Roland comme directeur du centre de formation, Mr Turpin qui avait le sport-études. J’avais eu Alain Goma, Olivier Morillon, je les ai fait venir de Versailles. J’allais donc à Auxerre tous les mois, pour présenter les gamins … »

 

Quelles ont été tes plus grosses émotions ?

Joie : « En tant que joueur, mon premier match en DH, avec Versailles. Une montée en D1, avec Bois d’Arcy et une victoire en coupe des Yvelines. En tant qu’entraîneur, voir des joueurs comme Goma, Carroti. Comme délégué, réussir le concours, pour la LFP et le premier match, à Tours, en Ligue2. Dans ce concours, il y a des rapports à faire sur un film, une épreuve d’anglais, un grand oral avec toute la commission des délégués qui t’abreuvent de questions pendant 40 minutes, pièges… Il y avait 12 candidats, présentés par la FFF, les 12 meilleurs, et juste 3 de reçus. »

Déception : « Le fait que j’étais mauvais, en DH … Ma blessure … Et ne pas pouvoir récupérer le niveau que j’avais, après ma blessure. J’avais le ménisque et le ligament, sauf que le ligament, ils ne s’en étaient pas aperçus, au début … Mais sans cette blessure, je ne serai pas devenu entraîneur et tout ce qui a suivi. »

 

Quel est ton rôle aujourd’hui (joueur – poste, dirigeant, …)?

« Je jouais numéro 10, avec une bonne technique, mais c’est tout, pas de physique,  j’avais horreur de courir … Jusqu’en junior DH, cela allait, mais après, trop compliqué… Je ne connaissais personne, du club, avant de venir à Maintenon. Je suis arrivé à St Piat il y a 2 ans. Et je suis donc délégué principal à la LFP. … Comme pour les arbitres, on est noté, 3 à 4 fois par an, et en fin d’année, la LFP fait un classement et peut faire redescendre de niveau des délégués.  Je suis instructeur de la commission de discipline du district d’Eure et Loir depuis 3 ans. A Maintenon, je suis simple dirigeant. »

 

Dans quel système de jeu préfères-tu jouer ?

« Je n’avais pas de préférence, je faisais suivant les joueurs que j’avais, je crois me souvenir. »

 

Pourquoi fais-tu du foot ?

« Parce que mon père m’avait emmené sur une terrain de foot. Pas d’autres sports. Malheureusement, les autres sports ne m’intéressent pas. Je ne fais que cela, maintenant. Par mon boulot, je suis occupé par presque 4 jours par match, pour environ 35 matchs dans l’année. »

 

Quelle est ton équipe de foot préférée ?  

 « Par ma fonction, je n‘en ai pas. Et pour la même raison, je ne regarde presque pas de matchs étrangers, mais beaucoup de matchs français, même amicaux, car je sais que je peux avoir à m’occuper de cette équipe un jour. Sinon, je suis très 'bretons', j’y ai une maison. J’aime bien Guingamp, 8 000 habitants, 16 000 spectateurs … J’y vais aussi car j’y ai de la famille. Je n’ai pas vraiment de joueurs préférés … ah si Platini. Je les cotoie tous les week-ends, donc pas plus impressionné que cela. Par contre, au niveau jeu, surtout en Ligue 1 mais aussi en Ligue 2, on est au bord de la touche, et on voie des choses qu’ils font, à une vitesse phénoménale»

 

Y-a-t’il d’autres membres de ta famille au sein du club ?  

« Non, personne, toute ma famille est en Bretagne, mon frère et ma mère à Bois d’Arcy, et mon fils à Toulouse... »

 

L’année dernière, les équipe A et B seniors sont montées de division, pour être cette année en Régionale 3 et en 2ème Division départementale. Tu en as pensé quoi ?

« J’ai suivi un peu, sur les vidéos. Je ne pouvais pas être sur le dernier match, car j’étais sur un match. 2 niveaux d’écart, c’est le minimum. Si cette saison, la première joue en R2, il faudra que la B monte, pour ne pas qu’il y ait trop d’écart. Pour que ceux qui ne jouent pas en 1, puissent jouer à un niveau pas trop éloigné. »

 

Il y a eu la coupe du monde féminine, l’année dernière, en France. Tu as regardé quelques matchs ?

« En Ligue 1 (et Ligue 2) féminine, ce sont des délégués FFF qui font aussi le National, U19 et U17 nationaux, foot entreprise. Pour la Coupe de France, il n’y a pas d’obligation, pour nous ; et c’est à partir du 8ème tour. Nous pouvons nous mettre en indisponibilité, mais pas trop souvent, tout de même. Comme par exemple, cette année, pour une AG du district, en Octobre. Au maximum, il y a 3-4 ans, j’avais fait 42 matchs. Mais c’était vraiment beaucoup. Le délégué, c’est le patron du match ; si il y a un souci, c’est lui que viennent voir les présidents … Donc pas mal de pression. Mais c’est tout de même assez rare. Cela peut commencer même avant le match, aux alentours du stade … J’ai déjà eu des réunions exceptionnelles, avec des préfets, pour gérer des soucis… Il y a tout de même environ 49 matchs sur 50 où il ne se passe rien. Comme par exemple dans un match entre Nantes et Marseille, réunion avec le préfet, pour gérer. Comme l’année dernière, en coupe de France, entre St Privé et Toulouse. On a décidé avec le responsable des forces de l’ordre, d’arrêter le match, le temps qu’il fallait, et d’évacuer les supporters toulousains qui balançaient des fumigènes sur le terrain, et les faire repartir dans leurs bus. C’est le délégué qui gère cela, pas du tout l’arbitre; et après, il faut faire un rapport, pour expliquer à la Ligue pourquoi on a fait ces choix. J’ai eu certains collègues qui ont été concernés, mais dans l’organisation. Moi, non, j’en avais un peu assez, du foot. Ce sont des délégués UEFA qui officiaient. J’ai regardé tous les matchs des françaises, des américaines, et à partir des ¼. En général, je passe tout de même beaucoup de temps à regarder des matchs. J’ai toutes les chaines, à la maison. Ce que je pense, du foot féminin : je trouve cela bien. Et là, ce n’était que du plaisir. Elles jouent bien, en regardant par exemple les américaines, je pense qu’elles battraient pas mal d’équipe masculine. Là, cela n’avait rien à voir avec mon rôle de délégué, donc ce n’était que pour le plaisir. J trouve que cela joue bien, cela ne rigole pas. Les américaines, surtout.JE pense qu’elles pourraient battre pas mal d’équipes ‘hommes’.  Je pense que contre des équipes masculines, les hommes devraient mettre le match sur le physique pour s’en sortir, car techniquement, je ne pense pas qu’ils pourraient s’en sortir. Quand j’étais en FFF, j’avais fait Lyon, à Juvisy, qui maintenant est le Paris FC, je les avais trouvées excellentes, elles jouaient vraiment au ballon et elles se sont bien améliorées depuis, car cela date d’il y a une dizaine d’années. Il y avait Louisa Necib, la petite n° 10 de l’équipe de France. C’était un des premiers matchs féminins que je faisais. »

 

Le confinement :

« On s’est retrouvé sans foot … Au chômage de football … Mais sinon, je l’ai très bien vécu. Je suis tellement toujours en étant partout, avec les matchs. Je suis resté 3 mois, avec ma femme et mes chiens. J’ai donc fortement apprécié. Je ne suis pas sorti de chez moi, j’ai une maison, un jardin. Cela m’a fait du bien, cela m’a retapé, je commençais à être fatigué. Je devais partir à Strasbourg, le lendemain, J’étais en relation avec l’arbitre central, pour savoir ce qui allait se passer, jusqu’au moment où on a eu l’info : on arrête. On a de très bonnes relations, avec tous les arbitres. Avant chaque match, ils ont obligation de nous téléphoner, pour prendre contact, nous dire dans quel hôtel ils sont, à quelles heures ils seront au stade, à quelle heure ils veulent faire le test de la GLT…. Autant pour les arbitre que pour les délégués, c’est nous qui gérons notre déplacement (train, avion, …), notre logement, … Nous avons une enveloppe et chacun se débrouille. Par contre, au niveau UEFA, les délégués ne s’occupent pas de cela, c’est l’UEFA qui décide. »

 

Tu connais le site Footeo et la page FB ?

« Footeo, oui, je connais, j’y vais tous les jours, Facebook aussi. Instagram, je n’y vais pas.   »

 

Quel(le) est ton chanteur / ta chanteuse / ton groupe préféré(e) ? 

« Ma génération …  j’aime bien Cabrel, Goldmann, Obispo, Téléphone c’est ma jeunesse je suis allé les voir à Elancourt en concert à 18 ans.…. Et comme chanson : Mon vieux, de Daniel Guichard. »

 

Quelle est ta voiture préférée ?

« Je ne suis pas du tout voiture … J’ai une Seat. Tout ce que je demande à ma voiture, c’est qu’elle démarre... Pour nos déplacements, j’ai fait des matchs à Orléans, comme à l’autre bout de la France. C’est aléatoire, par informatique. Et dans les matchs ‘proches’, on n’est pas obligé d’arriver la veille. Cette année, à part au Parc, je vais toujours partir la veille.  Et pour repartir, le match finissant vers 11h, après, il y a le repas officiel avec les arbitres, les dirigeants, donc on sort du stade vers minuit ½, 1h… Mais il y a eu des soucis, avec des arbitres qui sont partis juste après le matchs, donc très tard, donc maintenant, on est obligé de fournir une note d’hôtel.  Au niveau des délégués, on a 2 assistants qui ont moins de 40 ans, qui visent l’UEFA. La limite d’âge, c’est 70 ans, dans l’année. Mais on n’a pas de tests physiques ni cardiaques. Mais cela viendra surement. Par contre, pour les matchs actuels. Par rapport au Covid, pour l’instant, on ne sait pas si on sera testé. Tous les joueurs et les arbitres, pour les coupes, ils ont été testés. »

 

Quel est ton lieu de vacances préféré ?

« La Bretagne, j’ai une maison, à l’intérieur, mais j’aime beaucoup le bord de mer. Je suis à côté de Lamballe ; la Bretagne Nord, c’est le plus beau pays du monde » 

 

Que penses-tu des changements dans le club de football de Maintenon ?

« Je ne suis arrivé qu’il y a 2 ans, je n’ai pas connu avant. A Bois d’Arcy, c’était les mêmes installations, terrain en herbe, terrain synthétique, et piste d’athlétisme. Quand j’entraînais encore, ce n’étais pas un synthétique, mais un cendré…Les installations, c’est très bien, surtout le synthétique. Mais pour monter plus haut, il faut des vestiaires, un club house avec vue sur le terrain, où tout le monde peut se croiser, des tribunes … Mais tout cela, c’est coûteux, c’est la mairie qui paye, donc les contribuables, donc c’est compliqué. Maintenant, on a un Guillaume qui est très ambitieux, qui veut monter, beaucoup plus haut, mais à un moment donné, on ne peut pas monter avec juste ces installations-là.  Pour jouer plus haut, ce serait compliqué de jouer sur le synthétique et de n’avoir que ces vestiaires, mais qui sont trop loin … Merci à l’intervieweur. »

 

FM  2020-07

Commentaires